Après cinq années d’attente, le Brésil a terminé son processus de ratification du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) hier, lorsque le président Temer a approuvé l’approbation du Traité par le Sénat. Le président a noté sur les médias sociaux et les principaux journaux que « ceci est un pas important vers un meilleur contrôle de la circulation des armes à feu dans le monde. » Il a également souligné que « avec plus de coopération, nous renforçons la sécurité publique et prévenons les violations des droits humains. »

L’adhésion du Brésil au TCA est importante car le Brésil se classe parmi les premiers producteurs mondiaux d’armes légères et de munitions pendant deux décennies. En fait, le plus grand fabricant d’armes à feu d’Amérique latine, Taurus, est brésilien.

Le président Temer a tweeté: « Je viens de signer l’instrument de ratification du Traité sur le Commerce des Armes. C’est une étape importante pour un meilleur contrôle de la circulation des armes à feu à travers le monde. Avec plus de coopération, nous renforçons la sécurité publique et prévenons les violations des droits de l’homme. « 

Les membres de Control Arms au Brésil ont salué cette étape clé vers la ratification du Traité. Cependant, ils restent prudents et exhortent le Brésil à évaluer ses politiques de transfert d’armes et à s’assurer qu’elles sont conformes à leurs obligations en matière du TCA.

Ivan Marques, directeur de l’Institut Sou da Paz, appelle le gouvernement brésilien à réviser sa politique visant à autoriser les ventes aux gouvernements qui sont constamment impliqués dans des violations des droits humains envers sa propre population ou à alimenter des conflits ailleurs – un exemple récent l’Arabie Saoudite, qui utilise des bombes brésiliennes dans le conflit du Yémen.

 

Le dépôt par le Brésil de son instrument de ratification auprès des Nations Unies rapprochera le #SprintTo100 un pas vers 100 États parties à la Convention avant la troisième Conférence des États parties à Tokyo en août.